Le chikungunya sur le Bassin d’ Arcachon n’est pas une fatalité, toutes les mesures que vous devez prendre dès maintenant

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Épidémie de chikungunya sur le Bassin d’ Arcachon. Voilà ce que vous pourriez lire dans votre journal  Sud-Ouest tout prochainement s’y vous n’y prenez pas garde.

Le chikungunya bientôt sur le Bassin d' Arcachon

Le chikungunya bientôt sur le Bassin d' Arcachon

Si les médias français ont traité le sujet de l’épidémie de chikungunya aux Antilles et des risques possibles d’infection en métropole, l’actualité mondiale a eu tôt fait de couvrir cette information. Il faut dire qu’entre le génocide de Gaza, les avions de lignes civils qui tombent comme des mouches et les affaires politiques qui se suivent et se ressemblent, la hiérarchisation des infos n’est pas forcement aisée.

Pourtant, tout prochainement, comme dans bien d’autres espaces civilisés de ce monde (comme en Italie), des morts pourraient être comptés par dizaines sur le bassin d’ Arcachon :

  • Des enfants
  • Des malades
  • Des personnes âgées

Bref, les plus faibles d’entre nous n’y survivront pas.

Qu’est ce que le chikungunya ?

Le chikungunya

Le chikungunya

Le chikungunya est un virus connu depuis 1952, originaire d’ Asie du Sud Est qui se transmet par le biais d’un certain genre de moustique Aedes qui joue le rôle d’hôte porteur. (contamination également par transfert materno-fœtal)

Le moustique pique un malade, transporte le virus puis infecte un sujet sain lors de sa prochaine piqûre. Les personnes infectées par le chikungunya jouent le rôle de réservoir dans lequel  le moustique du genre Aedes viendra  puiser le sang contaminé pour le disséminer.

La maladie se confirme par sérologie mais les principaux symptômes sont

  • une fièvre élevée immédiate
  • une douleur aux articulations (pouvant être très intense…)
  • une douleur aux muscles
  • des céphalées
  • des problèmes digestifs
  • des éruptions cutanées.
Il n’existe pas de vaccin préventif et pas de traitements après infection. Les soins se feront à coup de paracétamol, d’anti-inflammatoire et de beaucoup de patience parce que la rémission complète n’est effective qu’au bout de plusieurs semaines, plusieurs mois pour certains, la mort au bout du chemin pour les plus fragiles.

Le moustique Aedes comme vecteur de chikungunya

Moustique tigre

Moustique tigre

Il est utile donc de s’intéresser à ces fameux moustiques susceptibles de porter le virus du chikungunya. Plusieurs espèces de moustiques peuvent théoriquement transmettre le chikungunya, mais seules Aedes aegypti et Aedes albopictus ont été à ce jour identifiées comme vecteurs épidémiques.

Cela tombe mal, l’autre petit nom de Aedes albopictus est moustique tigre, cela vous dit quelque chose ?

Et bien cela devrait, parce que de source préfectorale, la Gironde est au niveau 1 du plan national anti-dissémination de chikungunya et dengue parce que le moustique tigre est officiellement implanté en Gironde et jugé actif.

Ne vous fiez pas aux informations de la préfecture sur les opérations de démoustification mises en place, elles ne font que retarder l’inévitable installation définitive de ce moustique dans notre région. D’après des études très sérieuses, en 2030, c’est l’ensemble de la France métropolitaine qui sera le terrain de jeu du moustique tigre.

Le moustique est là mais le virus ?

Carte présence moustique tigre 2014

Carte présence moustique tigre 2014

Il arrive brave gens, ce que les journaux appellent une épidémie est en fait une pandémie. Ce sont des dizaines de pays qui sont touché, le virus est partout et en cette période de vacances estivales, soyez assuré que des porteurs de virus viendront tout prochainement alimenter les trompes des moustiques tigre du bassin d’ Arcachon. Vacances en Martinique, en Italie, en République dominicaine, … là aussi, l’arrivée du virus est inévitable, d’ailleurs, les instances sanitaires nationales sont en alerte rouge. Il y a quelques jours, l’Institut National de Veille Sanitaire alertait les autorités :

Toutes les conditions sont réunies pour une transmission autochtone du virus du chikungunya dans certains départements du sud de la France.”

Et oui, même les vacances dans le sud de la France permettront au virus d’arriver sur nos côtes atlantiques, inévitable je vous dis !

Donc il y a le moustique et le virus va venir, que font les autorités ?

Elles font réunions sur réunions et sont en train de calculer s’il est financièrement intéressant de ne pas agir et de payer les conséquences ou si une intervention pour éradiquer le moustique porteur, très couteuse, est plus acceptable.

Je schématise à peine, ce calcul, les autorités françaises l’ont déjà fait et des acteurs guadeloupéens expliquent comment l’épidémie de chikungunya en Guadeloupe aurait pu être évité et qui sont les responsables de ce désastre sanitaire.

Le préfet de Gironde est LE responsable de la lutte anti-chikungunya

Le préfet de Gironde est LE responsable de la lutte anti-chikungunya

Aujourd’hui, le plan niveau 1 anti chikungunya est déclenché en Gironde, la première mission du Préfet, représentant de l’Etat et responsable de la lutte anti-chikungunya, et d’informer les habitants des risques et de leurs donner un maximum d’informations pour agir à leur niveau.

Admettez que la préfecture ne met pas trop sous pression les arcachonnais en ce moment …

Il y a fort à parier que les autorités attendent donc l’installation de cas d’infection, d’ailleurs, leur échelle de niveau de lutte le prévoit :

· Niveau 0 : 0.a absence d’Aedes albopictus ou 0.b présence contrôlée: observation d’œufs sur un piège pondoir suivi d’une intensification du piégeage les semaines suivantes et d’un traitement visant à l’élimination ou à une non-prolifération du moustique.

· Niveau 1 : Aedes albopictus implantés et actifs (Niveau actuel de la Gironde)

· Niveau 2 : Aedes albopictus implantés et actifs et présence d’un cas humain autochtone infecté par le virus du chikungunya ou de la dengue.

· Niveau 3 : Aedes albopictus implantés et actifs et présence d’un foyer de cas humains autochtones (définition de foyer: au moins 2 cas groupés dans le temps et l’espace).

· Niveau 4 : Aedes albopictus implantés et actifs et présence de plusieurs foyers de cas humains autochtones (foyers distincts sans lien épidémiologique ni géographique entre eux).

· Niveau 5 : Aedes albopictus implantés et actifs et épidémie.

Résumons nous :

  1. le moustique tigre est durablement installé sur le bassin d’ Arcachon (le climat océanique chaud est un espace idéal pour lui)
  2. les porteurs de virus vont rentrer de vacances et venir partager leurs rencontres avec les habitants du bassin d’ Arcachon par le biais du moustique tigre.

Donc l’épidémie est inévitable avec son lot de malades et de morts ?

Et bien non, parce que nous pouvons agir chacun à notre niveau

  1. Dans notre intérêt
  2. Dans l’intérêt commun
Le moustique tigre à une particularité très peu relaté par les médias, je m’empresse donc de vous dire laquelle puisqu’elle peut permettre une mise en  place de stratégie qui évitera la prolifération de moustiques tigre porteur de chikungunya.

Le moustique tigre ne vole pas plus de 100 mètres.

Son rayon d’action est limité. Autrement dit, s’il on fait une chasse intense aux moustiques 100m autour de son lieu d’habitation, il n’y a que très peu de chance d’attraper chikungunya.

Si nos voisins font de même, la zone de protection s’étend.

Enfin, si les quelques malades du chik dès l’infection se mettent à l’abri du moustique pour ne pas servir de réservoir alors l’épidémie ne peut avoir lieu.

Comment chasser le moustique tigre ?

Tout d’abord il existe une intervention nécessaire départementale, la démoustification doit être régulière  et ciblée sur les endroits sensibles.

Ensuite, une action communale doit être mise en place et les maires doivent agir dès maintenant pour éradiquer le maximum de gîte larvaire possible. Si le maire ne le fait pas, en tant que citoyens et administré, vous devez l’y obliger démocratiquement.

3 niveaux doivent agir dès maintenant :

1- Préfet

2- Département

3- Commune

Maintenant, il faut que vous aussi vous agissiez comme dernier rempart et premier si les autorités n’agissent pas comme aux Antilles ou à l’île de la Réunion en 2005 et vous allez le faire à 3 niveaux

1- Vous allez éradiquer tout lieu de ponte possible.

2- Vous protéger physiquement de la piqûre

3- Vous protéger chimiquement de la piqûre

Comment chasser le moustique tigre ? En éliminant les lieux de pontes

Le moustique tigre pond ses oeufs (74 tous les 3 jours..) dans des eaux stagnantes, supprimez les eaux stagnantes et vous chasserez les lieux de pontes et donc  stopperez la multiplication des moustiques.

Cela demande à

  • limiter les arrosages à ce que votre terre peu absorber
  • retirer tous les petits récipients qui peuvent contenir de l’eau stagnante (soucoupe de pots de fleurs, gouttières, caniveaux, etc)
  • élaguer les arbres
  • retirer tout amas végétal tombé à terre (fruits tombé d’un arbre, etc)
  • tailler les herbes
  • supprimer ce qui pourrait être une niche à moustique (jouet, pneu, etc)

Comment chasser le moustique tigre ? En se protégeant physiquement

Les moustiques tigre piquent plutôt la journée (plutôt le matin et en fin de journée), lorsque vous êtes dans un endroit à risque, il est bon donc de :

  • Porter des vêtements amples et longs (plutôt de couleur claire)
  • Couvrez vos pieds et chevilles
  • Utilisez des moustiquaires pour les bébés

Comment chasser le moustique tigre ? En se protégeant chimiquement

Enfin, il existe des produits répulsifs efficaces contre les moustiques. Ils sont à appliquer pour certains à même la peau pour d’autres directement sur le vêtement ou la moustiquaire. A renouveler toutes les 6 heures selon produit, des précautions d’emploi sont à respecter particulièrement pour les femmes enceinte et les bébés mais aussi pour les animaux).

Ces produits répulsifs peuvent être combinés à des biocides extérieurs, des traitements anti-moustiques dans votre jardin par le biais de chimie ou de pose de pièges.

Enfin, la maison peut être protégée :

  • Aux fenêtres et portes par des moustiquaires, des voilages  imprégnés d’insecticides.
  • Plus généralement, les moustiques n’aimant pas le froid, la climatisation est toujours efficace

Dans les îles, sont utilisés tous les jours des ventilateurs, le vent généré étant plus puissant que la capacité de vol du moustique, l’air du ventilateur fait office d’une bonne barrière de protection supplémentaire.

Conclusions :

L’ensemble de ces mesures personnelles additionnées aux actions politiques aux trois couches principales de responsabilité (commune, département, région) ne permettront pas  au chikungunya de frapper le Bassin d’ Arcachon pendant cette période sensible qu’est la saison estivale et ses flux humains de vacanciers.

alerte chikungunya

alerte chikungunya

Cet article est donc une alerte personnelle à l’ensemble de la population du Bassin d’ Arcachon et aux autorités politiques qui ne peuvent pas laisser faire comme cela a été le cas aux Antilles.

L’épidémie du chikungunya sur le Bassin d’ Arcachon est un sujet majeur et d’actualité que nous devons tous prendre très au sérieux.

  1. Informez-vous auprès des organismes officiels de santé sur le chikungunya (des morts officiels en Guadeloupe, en Martinique, en république dominicaine, etc).
  2. Relayez cet article d’alerte à vos amis, votre famille, vos proches.
  3. Soyez les sentinelles du Bassin d’ Arcachon en ouvrant les débats sur vos réseaux sociaux sur ce sujet.
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »